“La maladie d’une beaute” : De quelle fai§on une obsession culturelle de l’apparence blesse les meufs et les femmes

“La maladie d’une beaute” : De quelle fai§on une obsession culturelle de l’apparence blesse les meufs et les femmes

J’avais envie de parler du sujet d’une beaute, ainsi, surtout des criteres de beaute ainsi que l’exigence envers ces dames d’avoir une apparence acceptable Afin de la agence.

J’avais tres besoin d’aborder la question, ainsi, en meme temps, je ne savais nullement comment le faire, etant donne qu’il me semblait delicat et epineux. Tabou.

Quelques jours plus tard, j’ai croise votre livre a Notre bibliotheque : “Beauty Sick – How the Cultural Obsession with Appearance Hurts Girls and Women*” (qu’on peut traduire avec : “La maladie d’une beaute, comment l’obsession culturelle de l’apparence blesse les meufs et les femmes“) de Renee Engeln PhD.

Une analyse inspirante qui m’a fait lire le sujet en profondeur, m’a bien fait cogite en la matii?re et m’a motivee a rediger ce post. Deux annees plus tard, je lisais “Beaute Fatale, les nouveaux visages d’une alienation feminine*” de Mona Chollet, j’ai donc agremente cet article d’elements supplementaires.

Etre une femme en dehors de son apparence physique

Le theme de l’emancipation des femmes ainsi que la reconnaissance de leur valeur en tant que personne entiere me touche beaucoup, ainsi, le message delivre par ces livres fait part de ceux qui d’apres moi devraient etre largement diffuses et propages. Mes idees qui me paraissent personnelles ou qui ne sont pas exprimees telles quelles en livres sont notees en italique.

Le probleme ici est observe uniquement du avis feminin. Il va sans dire que plusieurs hommes se trouvent confrontes a des troubles lies a leur apparence, mais comme beaucoup d’autres problemes, ce qui est majoritairement une affaire de femmes. Reconnaitre que votre probleme est majoritairement feminin ne signifie pas que l’on refuse d’accepter qu’il puisse toucher des hommes. Mais pour un coup, on voudrait porter l’attention sur les jeunes filles, justement, dans un monde fait par et pour les hommes.

Notre “maladie en beaute?”

On parle de “maladie une beaute” quand ces dames sont tellement affectees emotionnellement avec leur apparence physique qu’elles ont plus de en gali?re a se concentrer sur les autres aspects de un vie. Ce probleme fera perdre aux femmes un moment, de l’argent ainsi que l’energie, et peut mener a la depression. Il empeche beaucoup de jeunes femmes d’avancer dans leur vie.

  • 85 a 90% des operations cosmetiques chirurgicales et non chirurgicales paraissent effectuees sur des jeunes femmes.
  • Les troubles alimentaires comme la boulimie et l’anorexie touchent un individu de sexe feminin 9 fois concernant 10.

Mes jeunes jeunes femmes a l’heure actuelle apprennent qu’elles peuvent etre ce qu’elles veulent dans la vie (aussi si au sein des faits…), malgre cela elles sont toujours hantees par le besoin d’etre jolies avant bien. Malgre leur reussite au sein des etudes, bon nombre de filles subissent l’anxiete et la depression a cause de ce sentiment d’etre constamment jugees sur un physique, puisque dans notre societe, c’est d’ailleurs certainement le cas.

Arretez-vous quelques minutes, que vous soyez un homme ou une copine. Reflechissez a la derniere fois ou vous vous etes retrouve.e dans un groupe. Reflechissez a toutes les pensees qui ont traverse ce esprit en regardant les pairs, ou faites l’exercice la prochaine fois, ainsi, observez les reflexions que vous vous faites. Combien de remarques sur le physique des jeunes filles du groupe, combien a propos des hommes ? Oui, meme moi, en me battant pour l’egalite des sexes, j’ai remarque que j’etais parfaitement formatee par la societe… Cela m’a commande diverses annees pour reussir a me conditionner a ne plus scruter le physique des femmes que je tombe sur dans l’existence de la totalite des jours, dans les medias…

Femme objet

Ces dames subissent ce qu’on appelle l’objectification : c’est ce qui arrive quand nous ne sommes gui?re traites tel un etre humain avec des pensees, des sentiments, des buts et des desirs, mais comme un corps, ou un ensemble de parties de corps. Notre corps reste percu comme quelque chose qui y a pour le joie ou le bonheur des autres. (…) (On) nous traite comme une chose, comme quelque chose d’utile juste s’il peut plaire avec le apparence.

Si l’on se concentre sur la forme de vos jambes, on se fiche de votre intellect ou de vos ambitions. Quand l’univers decide si votre poids est acceptable ou jamais, il ne se soucie pas du type de personne que il loro sito vous etes ou voulez etre, ou du boulot que vous voulez accomplir.

Cette obsession de la beaute est evidemment un commerce reellement juteux qui fait depenser bon nombre d’argent. Aussi, peu de marques seront enclines a Realiser changer nos choses. Il va i?tre simple que la publicite et les medias jouent un grand role au sein d‘ une telle maladie une beaute.

Le livre de Mona Chollet, Beaute Fatale*, etaie bien votre option au sein d‘ le livre :

  • les femmes ne semblent que des morceaux de corps qu’il faut “ajuster”, “reparer”, “rajeunir”, “amincir/grossir”, la femme n’est nullement appreciee dans sa totalite mais avec pii?ces,
  • il y a une mode a se separer du corps, a le voir comme 1 outil independant de notre cerveau, notre personnalite… bref, a le deshumaniser : des lors, il n’y a pas de souci a l’attaquer a coups de bistouris, a lui infliger des mauvais traitements pour repondre a toutes les diktats, a en faire un porte-manteau pour illuminer des vetements…,
  • notre societe a tendance a ne plus considerer les individus, les femmes en particulier, comme des individus a part entiere avec leur personnalite, leurs mimiques, un maniere de bouger, un attitude… mais tel des points esthetiques qui doivent plaire de maniere statique.